PI:MIS logo

PI:MIS logo


Menu Principal













Accueil du site > Autres actualités


Autres actualités:




Journal EL WATAN: Conférence internationale sur l'imagerie à Guelma

Pour une biométrie au service du sécuritaire et du médical:


Reconnaissance faciale, de l’iris, digitale, vocale, objets métalliques, etc., tel est le jargon en biométrie utilisé dans les milieux de la sécurité au niveau des aéroports.

En médecine aussi, les organes sont mesurés et comparés, avec des instruments quasiment similaires. C’est autour de ces applications et de la recherche de nouvelles approches que la 2ème édition de la Conférence internationale sur le signal, image, vision et leurs applications (SIVA’13) a débuté hier à l’université 8 Mai 1945, de Guelma.

Cent cinq (105) communications, 67 orales et 38 posters, sont inscrites au programme de cette manifestation scientifique, organisée par la faculté des sciences et de la technologie, le département d’électronique et télécommunications, le laboratoire des problèmes inverses: modélisation, information et systèmes de l’université 8 Mai 1945. Venus en force de tout le territoire national, des universitaires, des enseignants et doctorants, pour la plupart, participent à cette conférence, et par là même tireront profit des chercheurs en poste au niveau des laboratoires en France, Canada, Belgique, Finlande et Tunisie. La conférence, qui s’étalera sur trois jours, du 18 au 20 novembre, est une occasion de combler le fossé entre les chercheurs et les personnes travaillant dans d’autres domaines d’application tels que la médecine et l’industrie du traitement du signal et de l’image mais aussi pour échanger leurs expériences et discuter des orientations futures de la biométrie.

Dans sa communication introductive, le professeur Amine Nait-Ali, de l’université Paris est Créteil, expose à l’assistance les orientations futures des différents volets dans lesquels la biométrie en tant que science et applications est exploitée. En effet, le tout sécuritaire et le tout médical en biométrie sont deux choses distinctes de recherche et applications. L’orateur précisera dans ce sens : «Nous tentons aujourd’hui d’unir de par le monde les deux pôles de chercheurs (sécuritaire et médical) à ce jour divergeant pour des questions d’éthique.»

En clair, s’il est question d’éthique, c’est que la chose est soulevée dans le monde entier : une banque de données biométriques «visible» de chaque individu (voyageurs), est stockée à son insu dans les aéroports. Et d’ajouter : «Nous voulons explorer un autre domaine de la biométrie, celle qui est cachée qui traite des signaux biomédicaux et des images (ossature, circonvolution du cerveau, etc.) à des fins d’identification humaine.» Pour ce faire, du point de vue scientifique, il est question d’unir les compétences des uns et des autres. Bien évidemment l’éthique (préservation de la dignité et de l’intégrité des personnes), lors de l’application, est une condition sine qua none, tiennent à souligner plusieurs intervenants.

Source du Journal (Article de Presses: Journal EL WATAN, Le 19 novembre 2013)